156 Il avait fait une jolie anthologie de la poésie fran?aise où on découvre quelques pépites. 157 Tout à fait. Il me disait qu’il avait des auteurs grecs sur son chevet, ?a m’étonnait un peu parce que moi je ne peux plus lire toutes ces choses-là, je reste littéraire mais je ne peux plus lire du grec… 158 Enfin, il faut parler de votre longue carrière de député160;: de 1993 à 2002, vous êtes député des Bouches-du-Rh?ne. Vous n’aviez pas d’ancrage particulier160;? 159 Non, pas du tout. 160 Vous êtes un parachuté, alors160;? 161 Totalement. C’est Juppé qui m’a téléphoné, tard, en octobre160;1992. à ce moment-là, comme ma retraite arrivait, j’avais été mis en contact avec Servier parce qu’ils voulaient se réinstaller à Moscou.collection burberry enfant
Quand je les ai connus, c’est160;1991, l’année de ma retraite160;; je suis allé à Moscou pour les aider avec les nouveaux dirigeants que je connaissais un peu, c’était la fin de Gorbatchev, c’était déjà Eltsine. 162 Juppé me dit160;:160;160;Est-ce que vous accepteriez d’être candidat en160;1993 à Aix-en-Provence160;?160;, parce que les RPR d’Aix-en-Provence l’avaient trahi plus ou moins. à Aix-en-Provence, ?a a toujours été extrêmement compliqué. J’ai dit oui et il me dit160;:160;160;Je vous rappelle dans huit jours160; et huit jours après il me téléphone. Moi je n’avais jamais fait de politique proprement dite, ni municipale, ni rien, et il me dit160;:160;160;Vous n’êtes pas candidat unique, vous devez être investi par le RPR. Allez donc voir Gaudin, vous aviez d’assez bons rapports avec lui quand vous étiez ministre, et puis vous verrez bien.160; 163 Je vais voir Gaudin qui me dit160;:160;160;Oui, je sais.vanessa bruno e shopVous allez avoir une primaire, je suis en train de choisir celui qui va s’opposer à vous.160; Il hésitait entre Fernand Boulan et Jean-Louis Geiger. Il me dit160;:160;160;J’hésite, mais je vais choisir et vous serez battu.160; 164 Heureusement que vous aviez de bonnes relations160;! 165 J’avais des relations parce que le groupe UDF c’était Jean-Claude Gaudin quand j’étais ministre. Je suis rentré et je me suis dit160;:160;160;Et bien j’y vais puisque c’est comme ?a.160; 166 J’y suis allé et c’était très dur, je ne connaissais qu’un antiquaire, surnommé French, qui était très gentil, mais ce n’était rien du tout. Pour faire campagne, j’ai eu recours à un homme que j’aimais bien et qui avait été directeur de l’Institut fran?ais à Varsovie quand j’étais ambassadeur à l’époque de Jaruzelski.bonnet moncler homme
Il s’appelait Jean Colomb, c’était un homme très bien et qui avait beaucoup de pratique politique. On a joué le jeu et puis, quand même, j’avais dans ma nature une certaine facilité de cordialité avec les gens. 167 Vous avez fait les marchés… 168 Oui, surtout les brocantes. Quand j’ai cessé d’être député, je me suis dit160;:160;160;Maintenant on n'ira plus dans une brocante160;!160; 169 Vous aviez visiblement peu apprécié160;! 170 J’ai apprécié les hostilités des politiques, ils m’ont fait une séance terrible dès le début parce que les RPR locaux étaient contre moi. Il y a eu une grande séance dans un bistrot en janvier160;1992. On voulait avoir ma peau mais je me suis battu. 171 Le RPR local160;? 172 Oui, c’était le RPR local.